gototopgototop

21

Sep

2018

TOUS ENSEMBLE LE 09 OCTOBRE Imprimer Envoyer

tract UD

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (tract UD oct.pdf)tract UD oct.pdf[ ]457 Kb
 

20

Sep

2018

9 octobre : grève et manifestation pour dire non à la destruction du modèle social ! Imprimer Envoyer

 

 

Communiqu des_UD30_Greve_et_manifestation_9_octobre_2018_2 

Nîmes, le 13 septembre 2018

 

 

 

Pour les Unions Départementales FO, CGT, SOLIDAIRES un constat s’impose et se renforce, celui d’une politique idéologique visant à la destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs. L’heure est à la mobilisation sur nos revendications :

  • AUGMENTATION DES SALAIRES, DES PENSIONS ET MINIMA SOCIAUX.

  • DEFENSE ET PROMOTION DES SERVICES PUBLICS, NON AUX SUPPRESSIONS DE POSTES DANS LA FONCTION PUBLIQUE ET L'ÉDUCATION NATIONALE"

  • MAINTIEN ET AMELIORATION DU REGIME D’ASSURANCE-CHOMAGE

  • OUI AU LIBRE ACCÈS À L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, NON À LA SÉLECTION AVEC PARCOURSUP

  • OUI À UNE RÉFORME DES AIDES SOCIALES POUR L’AUTONOMIE DES JEUNES

  • UNE VERITABLE POLITIQUE POUR L’EMPLOI ET DE RESORBTION DE LA PRECARITE

  • NON À LA DESINDEXATION DES RETRAITES

  • MAINTIEN DES REGIMES SOLIDAIRES DE RETRAITES EXISTANTS (régime général, régimes spéciaux, régimes complémentaires, du code des pensions civiles et militaires)

  • OUI À LA RETRAITE PAR RÉPARTITION À PRESTATIONS DÉFINIES ET REFUS D’UN SYSTEME PAR POINT ET CAPITALISATION

La Suite...
 

20

Sep

2018

Le 6 décembre 2018, je vote CGT ! Imprimer Envoyer

 

a3 rougeLes agents de la fonction publique, titulaires et contractuels, éliront en fin d’année leurs représentants dans les instances paritaires. Un enjeu majeur pour tous

Pièce-jointe:
Téléchargez ce fichier (2018_ElectionFP_Depliant.pdf)2018_ElectionFP_Depliant.pdf[ ]1485 Kb
 

20

Sep

2018

Oui, nous avons besoin de reconstruire notre système de santé à partir des besoins de la population dans les territoires Imprimer Envoyer

Au-delà des déclarations d’intentions, ce que propose le président de la République, contraint par les luttes des personnels de la santé et la montée de l’exaspération de la population, ne répond en rien au besoin d’une reconstruction de notre système de santé. À nouveau, il n’entend pas les revendications des personnels de santé et les exigences des réponses aux besoins de santé de la population.
Aucun moyen financier ou si peu n’accompagne le plan présenté ce jour. Cette crise du système de santé, la progression du non-recours aux soins, la mise en danger des personnels de santé soumis à des contraintes de travail infernales sont le résultat d’une politique : celle de la MAÎTRISE DES DEPENSES de santé menée depuis de nombreuses années.
Pour la CGT, cette politique globale de santé exige une autre organisation du travail reposant sur l’amélioration des conditions de travail des professionnels nécessitant un plan massif de créations d’emplois et de formations. Ce sont 100 000 emplois pour l’hôpital et 200 000 pour les EHPAD et les services à la personne dont nous avons besoin immédiatement. 
Pour la CGT, il faut rompre avec cette logique appelée coopération entre les établissements qui, en fait, est une mise en concurrence du service public et du privé qui aboutit à la fermeture de nombreux services.
L’organisation du système de santé et de l’accès aux soins doit reposer sur le service public, avec la création et le développement de centres de santé et des professionnels salariés, y compris des médecins, rattachés à des établissements publics de santé, notamment des hôpitaux de proximité.
Un hôpital de proximité ne doit pas être une coquille vide mais comprendre, au moins, les services suivants : Urgences, Médecine, Chirurgie, Maternité et Gériatrie.

La Suite...
 

17

Sep

2018

Lutte gagnante : le conseil des prud’hommes de Montpellier exige la réintégration d’un cheminot Imprimer Envoyer

 

 La répression syndicale se poursuit chez les cheminots avec de nombreux camarades poursuivis par la direction pour des faits qu’ils n’ont pas commis.
Cela a été encore le cas le 14 mai dernier dans la gare de Nîmes, où lors d'une opération de blocage, un des cheminots a allumé un fumigène sur les voies.
Accusé d'être à l'origine de plusieurs retards de train, le cheminot est susceptible d'être licencié pour faute grave. Après un conseil de discipline et une assemblée extraordinaire de la direction de la SNCF, la CGT Cheminots a demandé l'arrêt immédiat de la procédure de sanction. Durant tout l’été la mobilisation s’est poursuivie, une pétition a recueilli des milliers de signatures (près de 10 000).
Jeudi dernier, le jugement est tombé, le tribunal des prud’hommes est favorable à la réintégration dans son service (établissement infra logistique) de la SNCF de Nîmes. Si la SNCF ne s'exécute pas sous huit jours, elle s'expose à une astreinte de 1 000 euros au quotidien, une décision maintenue en cas d'appel.
C’est un nouveau camouflet cinglant pour la direction de la SNCF. La CGT appelle à poursuivre la mobilisation aussi sur cette question le 27 septembre, jour où la DIRECCTE se prononcera concernant l’autorisation de licenciement.